mercredi 16 septembre 2020

Pour Dieu, votre vie vaut plus que la vie d'un oiseau.

Je me suis arrêté pour observer deux éléments extrêmement communs à ma vie et à mon environnement. Le premier est la présence d'oiseaux. Oui, les oiseaux, ces petits animaux ailés généralement sans défense avec lesquels notre Dieu a embelli sa création. 

En particulier, j'ai toujours été curieuse de connaître ces animaux. Leurs chants et leurs sifflets sont les premiers sons que j'entends le matin, peu importe (bien sûr) celui de mon réveil, ou que ce soit dimanche et la voix de ma mère se charge de me le faire savoir. J'en suis venu à avoir la joie, même, un jour de chance, de tomber sur un sur le toit de ma maison en sifflant négligemment. Je les ai croisés presque à chaque fois que j'allais aux tables de la cafétéria de l'université pendant mes études, ils sont là, picorant tranquillement tout petit morceau de nourriture qu'ils trouvent. La sérénité avec laquelle ils s'acquittent de leur tâche sans interruption peut même être comique.

 

Le deuxième élément que j'ai trouvé commun est la présence d'anxiété dans ma vie. Je suis étonné de la facilité avec laquelle je m'inquiète. La capacité des êtres humains à consacrer du temps et des efforts mentaux inutiles à tout problème ou situation hors de leur contrôle, aussi minuscule soit-il, est incroyable. Devoirs, situations et conflits de travail, responsabilités de toute nature (principalement économiques sans fin), il y a peu de choses au monde plus faciles que d'accumuler des soucis.

 

L'incertitude et l'inconnu de notre avenir nous cause une anxiété constante et nous fait travailler très souvent.

 

Mais quelle est la relation entre les oiseaux et les inquiétudes?

 

«Regardez les oiseaux du ciel, ils ne sèment ni ne moissonnent, ni ne se rassemblent dans des granges; et votre Père céleste les nourrit. Ne valez-vous pas beaucoup plus qu'eux? " (Matthieu 6:26).

 

Jésus comprend le fonctionnement du cœur humain et il a voulu attirer notre attention sur l'enseignement précieux que l'on trouve dans l'exercice d'observation du comportement des oiseaux.

Arrêtez-vous et réfléchissez. Vous rendez-vous compte que les oiseaux n'ont pas de dépôt de nourriture? Ils ne sont pas en mesure de le produire ou de le stocker. Ils s'endorment sans savoir s'ils trouveront de la nourriture pour eux-mêmes et leurs petits, et pourtant ils sortent toujours à la recherche et reviennent avec.

Et quelle explication Jésus donne-t-il à une question aussi curieuse?

C'est en fait très simple: "votre Père céleste les nourrit".

 

Je m'émerveille de la simplicité de cette réalité et en même temps de la difficulté pour moi de l'assimiler. Et c'est très paradoxal. Chaque jour, Dieu nourrit les oiseaux, et chaque jour m'inquiète pour les choses de ma vie.

 

Je vous encourage donc à vous remettre en question lorsque vous êtes inquiet.

Dieu est-il votre père? Si votre réponse est oui,

Ne valez-vous pas plus pour lui que de nombreux oiseaux?

 

Pourquoi devriez-vous vous inquiéter alors? Reposez-vous sur la promesse que Jésus mentionne quelques versets:

 

Ne vous inquiétez donc pas, en disant: Que mangerons-nous, que boirons-nous ou que porterons-nous?


Car les Gentils recherchent toutes ces choses; mais votre Père céleste sait que vous avez besoin de toutes ces choses.


Mais cherchez d'abord le royaume de Dieu et sa justice, et toutes ces choses vous seront données par-dessus. "

(Matthieu 6: 31-33).

 

Reposez vos soucis dans la tendresse des promesses et le parfait amour d'un Père céleste, qui vous dit:

 

«Une femme oubliera-t-elle ce à quoi elle a donné naissance, pour ne plus avoir pitié de l'enfant de son ventre? Même si elle oublie, je ne t'oublierai jamais. " (Ésaïe 49:15)

 

Prions: Père, je sais à cause de l'angoisse dans ma vie, j'ai oublié tes promesses et les projets que tu as pour moi. Je vous demande de me pardonner et de m'aider à continuer à vous faire confiance chaque jour. Père, aide-moi à être comme les oiseaux et à déposer chacun de mes jours entre tes mains. Au nom de Jésus, amen.


Je dis au revoir en souhaitant à mes lecteurs la bénédiction du Seigneur.

Ce sera jusqu'à la prochaine fois.

 Dieu vous bénisse

𝙎𝙚𝙞𝙜𝙣𝙚𝙪𝙧, 𝙩𝙖 𝙥𝙧𝙚́𝙨𝙚𝙣𝙘𝙚 𝙚𝙨𝙩 𝙢𝙖 𝙥𝙡𝙪𝙨 𝙜𝙧𝙖𝙣𝙙𝙚 𝙨𝙖𝙩𝙞𝙨𝙛𝙖𝙘𝙩𝙞𝙤𝙣.

Psaume 16.11 Tu me fais connaître le sentier de la vie; il y a d’abondantes joies dans ta présence, un bonheur éternel à ta droite.. Il y ...

Articles du Blog