samedi 25 décembre 2021

LEVEZ LA TÊTE !


Jennifer inspira profondément en serrant les mains de son mari. Elle était à l'heure d'accoucher et les contractions devenaient plus fortes. Elle souffrait si fort que cela semblait presque angoissant, mais elle savait aussi qu'il y avait une lumière au bout du tunnel ; bientôt elle tiendrait son fils aîné dans ses bras. Alors même si elle craignait chaque contraction qui suivait, elle sentait que l'espoir lui donnait de la force.

Nous sommes dans un temps plein d'espérance : premièrement, l'espérance qui fait partie de la venue de Jésus comme notre roi nouveau-né dans un moment festif similaire, et deuxièmement, l'espérance que nous avons encore en attendant son retour entouré de Gloire. Dans les deux cas, c'est un espoir rempli de joie et d'attente, même dans les moments de souffrance, à l'image de ce qu'a ressenti Isabel en attendant la naissance de son enfant.
 
Dans sa lettre aux Romains, Paul utilise l'image d'une femme souffrant au moment de l'accouchement pour décrire l'espérance, : «Or, nous savons que, jusqu'à ce jour, la création tout entière soupire et souffre les douleurs de l'enfantement. Et ce n'est pas elle seulement; mais nous aussi, qui avons les prémices de l'Esprit, nous aussi nous soupirons en nous-mêmes, en attendant l'adoption, la rédemption de notre corps. » (Romains 8, 22-23).

L'espérance est un don du Saint-Esprit. C'est un cadeau qui nous aide à traverser les moments difficiles avec confiance, sachant que Dieu travaille pour en tirer du bien. Et c'est le genre d'espérance que Jésus nous appelle à avoir, quand il nous dit de relever la tête, même en temps de grand bouleversement. Nous pouvons avoir de l'espoir, nous dit-il, parce que nous savons que Dieu est capable de faire sortir quelque chose de bon de chaque circonstance, qu'elle soit bonne ou mauvaise.
 
Espoir au milieu des difficultés. Dans l'Évangile d'aujourd'hui, qui a lieu peu de temps avant la Dernière Cène, Jésus parle des guerres, des famines et de l'incertitude qui auront lieu avant la fin des temps. Bien que nous ne sachions pas si nous vivons déjà en ce moment,  nous savons que le monde connaît de nombreux bouleversements. Non seulement vivons-nous une pandémie mondiale, mais nous voyons également des signes de division, de haine et d'indifférence autour de nous. Même dans nos propres cœurs, nous pouvons ressentir beaucoup de peur : pour l'avenir, nos enfants, le travail, la santé ou la sécurité, même pour l'Église.

 
Mais au milieu de tout le brouhaha du monde, et alors même qu'il se préparait à sa propre souffrance, Jésus nous dit de rester fermes et de lever la tête. Parce que? Car le Seigneur nous promet que « l'heure de sa délivrance approche » (Luc 21 :28). Notre rédemption, la libération du péché et de la souffrance, est proche. Jésus nous dit de rester fermes dans son amour et son espérance parfaits, voire dans sa joie. Il nous dit aussi que sa vérité peut nous libérer et devenir le fondement solide de notre vie.
 
Alors de quoi pouvons-nous nous réjouir en ce moment ? Quelle est la base de notre foi ?
 
Notre espérance est basée sur la vérité que peu importe ce qui se passe autour de nous, Jésus continue à nous accompagner. Il vit en nous et nous accorde une partie de sa puissance et de sa bonté en ce moment.
Notre espérance est basée sur la vérité que Jésus nous a donné le plus grand des trésors : Son Esprit, qui peut nous consoler, nous guider, nous enseigner toutes choses et nous donner sa paix.
 
Notre espérance est basée sur la vérité que Jésus nous a rachetés et libérés du péché. C'est une vérité solide et indéniable de notre foi, même lorsque nous ne nous « sentons » pas rachetés. Il suffit de regarder la croix et de s'approprier cette vérité.


 
Notre espoir est basé sur la vérité que, comme Jennifer, nous savons comment l'histoire se termine ! Jésus reviendra pour nous présenter un nouveau ciel et une nouvelle terre, où il n'y aura plus ni souffrance ni tristesse.
 
Le fondement de l'espérance est la bonté de tout ce que Jésus a déjà fait pour nous.
Ou, comme le disait saint Paul : « Si Dieu ne nous a pas refusé son Fils, mais l'a livré à la mort pour nous tous, comment ne pourrait-il pas aussi nous donner toutes choses avec son Fils ?
(Romains 8 :32).
 
Tenez bon dans l'espoir. Nous savons à quel point il peut être facile de perdre espoir lorsque nous vivons une période d'épreuve. La dernière chose que nous voulons faire est de faire confiance à Dieu lorsque notre vie semble s'effondrer. Mais, c'est précisément dans ces moments-là que Jésus veut que nous persévérons et exercions le don de l'espérance. C'est parce que ce n'est pas un souhait et c'est bien plus qu'une émotion. C'est une vision pieuse de la vie qui nous aide à prendre des décisions pieuses. L'espérance nous exhorte à voir les choses comme Dieu les voit et à prendre des décisions basées sur cette vision.
 
 
L'espérance fait confiance à la fidélité de Dieu même lorsqu'il ne nous donne pas tout ce que nous avons demandé.
L'espérance croit en un Dieu compatissant qui sera miséricordieux envers nous lorsque nous le rencontrerons face à face.
L'espérance garde nos yeux fixés sur Jésus, qui a accompli toutes les promesses que le Père a faites.
L'espérance n'oublie pas que Jésus triomphera enfin du péché, de l'adversité et de la douleur.

Ainsi, lorsque vous sentez l'inquiétude monter dans votre cœur, souvenez-vous de la promesse de Jésus « L'heure de sa délivrance approche.
N'oubliez pas non plus que lorsque les difficultés de la vie surviendront, vous aurez toujours deux chemins devant vous.

Vous pouvez lever la tête fermement en faisant confiance à l'amour de Dieu, ou vous pouvez vous sentir accablé par les soucis de la vie. Vous pouvez décider de l'espoir ou de la frustration. Si vous décidez de prendre le premier chemin, vous trouverez le réconfort et la direction du Saint-Esprit. Mais si vous décidez de suivre la seconde, vous risquez que « les soucis de cette vie » vous « gênent » et vous tombent dans le péché (Luc 21, 34).


 

Voir avec des « yeux spirituels ». Noël est un temps de fête, c'est aussi un temps d'espoir. C'est le moment de voir la vie avec des "yeux spirituels" et de découvrir ce qui peut être caché à nos "yeux humains". Il est temps de voir le nouveau-né et de trouver en lui le Sauveur qui a promis de revenir dans la gloire.

C'est aussi le moment de nous considérer comme un peuple qui a déjà été racheté, alors même que nous attendons notre salut complet au ciel. Comme la nouvelle maman qui traverse les douleurs de l'accouchement et attend avec impatience la naissance de son enfant, nous pouvons aussi nous réjouir de la joie, certains que « l'heure de la libération approche » (Luc 21, 28).



LECTURE D'AUJOURD'HUI
Romains 8; Luc 21, 28, 34



J'espère que c'est de nombreuses bénédictions pour la vie de chacun de vous fidèles lecteurs. 💜



𝙎𝙚𝙞𝙜𝙣𝙚𝙪𝙧, 𝙩𝙖 𝙥𝙧𝙚́𝙨𝙚𝙣𝙘𝙚 𝙚𝙨𝙩 𝙢𝙖 𝙥𝙡𝙪𝙨 𝙜𝙧𝙖𝙣𝙙𝙚 𝙨𝙖𝙩𝙞𝙨𝙛𝙖𝙘𝙩𝙞𝙤𝙣.

Psaume 16.11 Tu me fais connaître le sentier de la vie; il y a d’abondantes joies dans ta présence, un bonheur éternel à ta droite.. Il y ...

Articles du Blog